Elise Martimort, la créatrice de robes de mariées sublimement vraies

Elise Martimort

Une styliste, créatrice et couturière qui a quelque chose d’une Jeanne d’Arc : cette douceur féminine doublée d’un courage et d’une volonté de fer, qu’elle a développés dans son parcours en apprenant à se battre pour sa vérité et pour imposer son idéal. Celui d’une Haute-Couture humaine et respectueuse, qui met l’excellence au service de ses clientes, en conciliant tradition et modernité. Dans son entreprise bordelaise en pleine expansion, Elise Martimort crée des robes de mariées sur-mesure pour donner du sens à l’histoire singulière de chaque femme, et pour les sublimer dans cette parure. Transmettre, se développer et donner accès à ce luxe véritable, tels sont ses combats désormais pour que la robe continue de révéler, derrière la pureté et l’élégance, toute la richesse humaine qui illumine l’ouvrage et fera de ce jour, le plus beau moment d’une vie.

De l’histoire à la haute-couture

 Je suis une parisienne pure souche !” Elise est née dans le 13ème arrondissement de Paris d’une une famille aisée ; son grand-père étant un prospère négociant de vins, de la célèbre Maison Jarrousse. “Mes deux grands-mères cousaient énormément, et m’ont transmises cette passion très jeune.” L’école des jeunes filles d’Alger pour l’une, et la maison Dior pour la seconde. Aînée d’une fratrie de trois enfants, la petite fille va grandir émerveillée au milieu des chiffons, et apprendra très vite à coudre. “A la main d’abord, puis dès l’âge de 10 ans, avec ma première machine. J’habillais mes poupées, en leur confectionnant des vêtements que l’on ne trouve nulle part dans le commerce.” Dans sa famille d’intellectuels, il n’est cependant pas souhaitable de faire une carrière dans l’artisanat manuel. Elise va donc poursuivre ses études dans les beaux quartiers de Paris en approfondissant ses autres passions : l’histoire et la littérature. “J’ai poussé jusqu’à la terminale littéraire, puis l’histoire des arts, Hypokhâgne et Sciences Po.” Mais un rendu d’histoire va changer le cours des choses. “Le thème était « les causes et les conséquences de la montée du totalitarisme en Europe » et j’avais développé une approche très personnelle en reliant l’art et la politique.” Le devoir sera noté Hors Sujet, pour son originalité de pensée. Avec ses amis artistes du quartier latin où elle habite à ce moment-là, elle décide alors de tout arrêter.

Elise Martimort - Robes de mariée

Elle passera une année à faire des petits boulots : serveuse, ouvreuse de théâtre, hôtesse d’accueil car elle est déterminée à entrer dans une école de mode. Finalement, ses parents vont l’aider au financement et elle sera diplômée de l’ESMOD en 2006. “La dernière année, j’étais enceinte et on m’a demandé de faire la robe de mariée.” Comme elle venait de se marier elle-même et qu’elle avait eu du mal à trouver une offre personnalisée et qualitative dans ce milieu-là, elle va y mettre tout son talent. “Ma robe avait un bustier asymétrique et une réalisation en découpes de 3 cm, sur des niveaux différents. Le laçage était dans le dos, court devant et avec une traîne derrière, et de la tulle asymétrique partout ailleurs.” Un modèle avant-gardiste et elle se fera encore remarquée quelques mois plus tard lors du concours « Frimousses » de l’Unicef, en obtenant le prix Jean-Paul Gautier pour sa création. “ Je pouvais enfin intégrer ce milieu très préservé du luxe, grâce à cette manifestation, mais j’ai eu ma fille et j’ai tout arrêté pour l’élever.” De retour deux ans plus tard, elle va devenir styliste pour des marques de prêt-à-porter, modéliste à son compte et « petite main » pour les grandes maisons de couture de la place Vendôme, comme Valentino. Des années de labeur qui vont forger sa détermination à créer une autre couture, en intégrant ces très belles matières qui l’inspirent, mais dans une approche plus humaine et hyper-personnalisée.

L’installation à Bordeaux

 Quand on est petite main, on se retrouve à travailler cinq jours d’affilée sans dormir. En 2009, au moment de la crise, j’en ai profité pour partir.” Un week-end avec un ami à Bordeaux va nourrir alors son désir d’une nouvelle vie. Et elle ira sur les routes de France, chercher cette ville idéale où s’établir : Menton, Avignon, Toulouse… Mais Bordeaux s’impose comme une évidence. Une ville si chaleureuse et accueillante, à taille humaine, avec des immeubles très bas qui font passer la lumière. Et si proche de la nature, où cependant je peux retrouver tous mes codes de Paris.” Elle s’y installera rapidement, et commencera à enseigner le modélisme, la couture et le moulage en école de mode et l’histoire du costume à l’université Bordeaux 2. Une belle occasion de récapituler son parcours et sa première passion pour l’histoire des arts. “J’ai exercé ce travail pendant deux ans. Cela m’a permis de comprendre la ville et connaître les acteurs de la mode. Mais j’ai eu très vite besoin de retrouver mes machines et me consacrer à la création.

Elise Martimort - Boutique à Bordeaux

 Cette envie va se concrétiser lors d’évènements comme le Salon du Chocolat. Dès 2013, Elise Martimort s’associe, et pendant quatre ans, avec des grands noms de chocolatiers pour créer la robe du défilé. La première année, c’est avec le jeune Geoffrey Ferreyra : une robe majestueuse qui va nécessiter plus de 200 heures de travail et 40 kilos de chocolat. “J’étais partie sur l’idée d’une princesse d’Afrique, et je voulais mélanger l’image des oiseaux migrateurs avec la culture chocolat. Il y avait deux coques de bustier, avec du laçage sur le côté pour que le mannequin puisse se glisser dedans, et des dizaines de mètres de dentelle de chocolat montées à la main pièce par pièce sur une jupon asymétrique. On a aussi confectionné de grandes ailes dans le dos, des boucles d’oreilles géantes, et tout cela avec du cacao.” Une robe qui lui permettra de rencontrer les créatrices de mode de la région et faire connaître son talent. Une amie voulant se marier à ce moment-là, elle a alors le déclic. “Puisque l’on cherche encore cette exigence technique auprès de créatrices parisiennes, il y a donc un marché potentiel sur Bordeaux même, et une offre à créer. Et si c’était moi ?” Elle va lancer sa marque et son site internet depuis son appartement, devenu showroom et atelier de confection. En parallèle, à 32 ans, Elise se met à la recherche d’un local pour créer sa maison de couture, et s’installe définitivement rue Huguerie à Bordeaux. “Ici toute la décoration, les accessoires et les meubles proviennent d’artisans locaux.” Un showroom-atelier dédié à la future mariée, avec pendant les trois premières années, un travail de grande mesure pour des pièces uniques et un style glamour rock qui fait parler d’elle. “Les tissus sont à 100% d’origine française, avec des matières précieuses et naturelles comme les soies, les doublures en coton, le satin crêpe, la tulle ou encore la dentelle de Chantilly.” La voici enfin à l’œuvre pour fonder sa propre conception de la Haute Couture, avec une robe qui a une âme ; celle de ses ouvrières qui la créent du début à la fin, pour accompagner les plus belles histoires d’amour !

Elise Martimort - Collection 2017 Bohème Chic

Des robes uniques

 Au début je voulais faire toutes sortes de robes et m’adapter à ma clientèle.” Mais très vite, elle a cette signature particulière dans les robes de mariées qui plait, avec la transmission filiale et un style qui n’est pas dans la mouvance du moment. Elise Martimort ose aussi des coupes audacieuses : des épaules dénudées pour montrer un tatouage, un perfecto en cuir, des poches dans la robe, un pantalon et non une robe, et cette recherche de robes à part qui trouvent leur inspiration dans la tradition des ancêtres. Sa proximité, son savoir-faire Haute-Couture et sa disponibilité vont aussi créer la différence. Dans son salon, autour d’une tasse de thé, elle reçoit chaque cliente, pour écouter son histoire et celle de sa rencontre. La création sur-mesure commence alors à partir d’un croquis, qui sera affiné au fur et à mesure des rendez-vous et devenir la robe parfaite pour la morphologie et la personnalité de la cliente, jusque dans les moindres détails : “Est-ce qu’on met un crêpe lourd ou une Georgette très légère ? Est-ce qu’on choisit une dentelle épaisse parmi les 250 références existantes ? Est-ce qu’on met une grosse guipure ou une Chantilly très fine ? Est-ce qu’on veut du floral ? Du graphique ? Qu’est ce qui va le mieux avec sa peau ? Est-ce qu’on rajoute une pièce du tissu de la grand-mère cousu sur le cœur ? Tous ces détails sont importants.” La Maison propose désormais une offre personnalisée Mix & Match à partir de modèles déjà existants en boutique, et même une collection lancée en 2017, avec 17 modèles de robes Bohème Chic, revendues sur Internet et via un réseau sélectif. Avec Alice, sa fidèle couturière, Elise Martimort a sorti plus de 130 robes en une année : un record ! Et en parallèle, elle mène de front tous ses projets de développement : l’intégration d’un savoir-faire unique dans son atelier, celui de la broderie d’art ; la possibilité d’avoir un corner de sa marque aux États-Unis et à Dubaï ; et l’ouverture imminente d’un show-room à Paris, en association avec d’autres créateurs comme Chamberlan, “pour offrir un univers de douceur et d’excellence à la femme moderne, qui se veut romantique et élégante.

Elise Martimort - Atelier sur-mesure

Elise Martimort est une créatrice à part. Avec un caractère fonceur et généreux, elle a cette admirable simplicité et un regard qui capte la beauté cachée derrière toutes choses. Puis une travailleuse acharnée, et là encore, elle emploie son talent et sa sensibilité pour que chaque robe soit unique, et symbolise l’amour pour la femme singulière qui la portera un jour. Enfin, courage et détermination car son parcours marque les esprits, elle qui a gagné sa liberté pour faire advenir une couture plus humaine et respectueuse de chacun, dans un souci de transmission et d’héritage. Pour que l’histoire continue et trouve du sens à travers son art…

 Propos recueillis lors d’une interview réalisée à Bordeaux, le 11 avril 2018

Lien vers le site d’Elise Martimort

Lire aussi l’authenticité selon Elise Martimort

A propos de Carine Mouradian

J’ai à cœur de révéler le luxe authentique, à travers le portrait des passionnés que je rencontre. Avec leur créativité sans limites, leurs convictions profondes et un savoir-faire entre tradition et modernité, ils oeuvrent au quotidien pour construire la plus belle et la plus touchante expérience client.

Laisser un commentaire