L’authenticité selon Eric Sander, croire que tout est possible

“ Le luxe véritable c’est de voir la beauté autour de soi sans avoir à aller au bout du monde. Puis d’être en vérité, en toute simplicité avec soi-même, son entourage et son environnement. Lorsqu’on a trouvé cette paix intérieure, elle rejaillit dans nos relations aux autres et dans toutes nos actions. Or c’est une ascèse que de trouver cette plénitude, une quête permanente et difficile, avec heureusement sur le chemin quelques parcelles de grâce absolue qui nous font entrevoir quelque chose du Beau, de l’Inaltérable, dont toute la Création porte les attributs. La photographie m’a permis d’être témoin de ce miracle. Dans ce métier, on est réceptif et présent au moment ; l’esprit est posé, concentré, ancré dans le réel en permanence, à l’affût. On ne peut penser à autre chose qu’à ce que l’on voit. Et ce qui manque au monde d’aujourd’hui, c’est bien la contemplation car on ne peut apprécier si on ne contemple pas. Pour cela, il faut qu’on se donne le temps pour le faire et ralentir le pas.  Alors, plus on est conscient de cette beauté autour, plus on rentre en soi même, dans un voyage intérieur. D’ailleurs, je photographie autant avec mes yeux qu’avec mon appareil, et cela enrichit en permanence mon subconscient.

Mon conseil pour être un bon photographe, c’est d’essayer de se dépasser en toutes occasions.  Quand tout est beau, c’est plus facile, mais quand il faut débusquer ce qui demande à l’être : le petit, le caché, l’ensemble ou le détail, et évidemment les paramètres du lieu où on est, la lumière présente ou pas, il y a un réel travail d’approche ; un défi permanent qui permet d’obtenir de belles photos. Il faut aussi être constant et consistant, avec chaque photo qui raconte une histoire. La photographie ne signifie t’-elle pas dire « écrire avec la lumière » ? A la différence que le photographe n’utilise pas de mots, mais il est en fusion avec sa photo pour transcender les limites du réel et en même temps délivrer quelque chose de réaliste. La photographie est donc un reflet du réel qui prend vie par son écriture qui restera là à jamais.

La règle d’or pour ceux qui veulent progresser, c’est de pratiquer sans cesse jusqu’à se libérer complètement de la technique en connaissant ses outils sur le bout des doigts.  Je renvoie toujours au « RTFM », ce qui veut dire « Read The Fucking Manual ». C’est la base. C’est comme un acteur de théâtre. Il se doit de connaître son texte par cœur afin de pouvoir délivrer une interprétation personnelle. Alors seulement, on pourra ressentir et faire un avec tout ce qui nous entoure, pour créer de belles images. Avec la photographie, il ne faut jamais croire qu’on est arrivé. Dans chaque nouveau lieu, chaque projet, on repart à zéro. Bien sûr, avec le numérique aujourd’hui et des années d’expérience, je suis plus confiant pour réaliser de bonnes photos mais il y a toujours une tension, un effort, une mobilisation qui permet la créativité. J’ai une patience infinie sur le terrain, et même si je vois les images avant d‘utiliser l’outil, je vais aller les chercher franchement. Par exemple pour photographier un domaine comme Chaumont-sur-Loire, je peux marcher huit heures et arpenter 10 km sans relâche. Je m’approprie l’endroit, je trouve des angles, et me mets à l’écoute de l’environnement pour découvrir l’âme du lieu, en l’arpentant dans tous les sens. Alors seulement, les images ont ceci de saisissant : immortaliser le réel à un moment donné, un moment qui devient éternel.

Très tôt, j’ai fait le choix de montrer le beau à travers des rencontres positives, car j’avais soif d’exprimer cette part de moi qui se trouve dans le monde, et qui n’est pas exposée au grand jour. De grands photographes m’avaient conseillé à mes débuts : « Fais des choses grandioses Éric ! » Et moi au fond de moi-même, je me disais que je voulais faire des petites choses, des sujets qui me font du bien et qui donnent de la joie, de la confiance et de l’espérance. Finalement, les petits ruisseaux ont donné de grandes rivières car cela a intéressé beaucoup de magazines. Aujourd’hui, je me sens relié avec chacune de ces personnes rencontrées, que ce soit un enfant dans la rue surpris par mon « Look at me » qui fige l’authenticité de son regard, ou avec ceux que j’ai appris à connaître dans leur passion et avec lesquels j’ai entretenu une amitié sincère. La clé, c’est pour devenir cet explorateur de chaque instant, c’est cette liberté qui ouvre les champs des possibles. Pour cela, il faut accepter de ne pas tout contrôler et s’abandonner dans une carrière où rien n’est fixé d’avance et où la confiance nous guide pas à pas. A chaque étape nouvelle, j’ai dû puiser dans mes ressources personnelles pour continuer la route. Ces points d’arrêt sont aussi les plus stimulants parce qu’ils nous apprennent à lâcher prise et aller se poser au fond de nous-mêmes, là où la Vie qui vibre dans chaque molécule effervescente et dans l’espace immense, prépare le rebond et la suite du voyage.

Au final, l’authenticité c’est de se sentir pleinement vivant, en harmonie avec sa véritable nature. La récompense est d’avancer sur son propre chemin, avec des moments fugaces mais tellement denses, qui ouvrent les portes de l’éternité. J’ai ressenti cela quelquefois lors de mes nombreuses prises de vue. Des moments de lumière exceptionnels ou un instant de bonheur jubilatoire, au point de devoir parfois crier ou sauter de joie tellement on se sent privilégié et ému de voir pareilles beautés. Mon désir à présent est de partager ces expériences et toute cette myriade de petits cadeaux reçus, comme un témoignage qui rappelle à chacun à quel point l’existence est précieuse et remplie d’opportunités et de joies. Comme je le dis régulièrement, je ne cherche plus à aller au bout du monde, mais à aller au bout de moi-même car là se trouve la vie en abondance, et elle se résume en une phrase : tout est possible !”

Propos recueillis lors d’une interview réalisée par Carine Mouradian

Lien vers le site de Éric Sander

Lire aussi le portrait d’Éric Sander

A propos de Carine Mouradian

J’ai à cœur de révéler le luxe authentique, à travers le portrait des passionnés que je rencontre. Avec leur créativité sans limites, leurs convictions profondes et un savoir-faire entre tradition et modernité, ils oeuvrent au quotidien pour construire la plus belle et la plus touchante expérience client.

Laisser un commentaire