L’authenticité selon Lucas Pinton, le tisseur de modernité

Lucas Pinton

“ Le savoir-faire seul ne fait pas la richesse d’un produit. Il y a par exemple des techniques de tissage aussi valables en Chine, en Inde ou au Bangladesh. Mais la différence se fait dans l’esthétisme associée au savoir-faire. On offre alors une qualité irréprochable, en même temps qu’un produit qui est beau ; et c’est cela qui suscite l’intérêt du client. Cette excellence-là est nécessaire pour être compétitif et ne s’obtient que dans des entreprises structurées, qui sont orientées vers la formation de leurs salariés et l’innovation de leurs produits. Aux Ateliers Pinton, nous avons la chance d’être une entreprise familiale à taille humaine, et cela permet d’instaurer une relation authentique à tous les niveaux. On connaît par exemple le collaborateur en charge d’un suivi et ceci jusqu’en bout de chaîne, sans avoir à passer par plusieurs intermédiaires. Le fait qu’on ait une fabrication locale est aussi un atout. Tout est fait en France et donc, si on nous appelle le matin, on répondrait immédiatement à la demande, sans avoir le délai de 24 heures à respecter si on travaillait sur un autre continent. Ce circuit court et direct nous permet d’instaurer une relation de proximité avec nos clients, nos partenaires et nos fournisseurs. Et c’est cela qui crée l’authenticité.

D’ailleurs, il y a un lien naturel qui s’instaure au niveau de la marque. Nos clients potentiels qui viennent visiter la manufacture, repartent tous avec un produit qui les identifie quelque peu à notre histoire : celle de notre maison et celle du patrimoine régional autour de ce savoir-faire. Nous leur présentons concrètement toutes les techniques de fabrication et cela leur permet de s’approprier le produit qu’ils désirent emporter. L’identité est donc la valeur ajoutée la plus essentielle. Elle donne du sens, même si le client achète au final pour ses raisons propres : pour l’histoire, pour la marque, pour la qualité ou encore pour la spéculation quand il s’agit d’une tapisserie. Ce souci de la personnalisation est au cœur de notre métier. 90% de notre offre est faite sur-mesure, et nous avons élargi notre gamme de prix (qui va de 30 euros à 10.000 euros le m2), de sorte que chacun client puisse accéder à sa part de rêve. Car c’est cette liberté qui est le vrai luxe. Offrir le choix et la possibilité à chacun d’exprimer ce qu’il est à travers un produit. Le client devient alors co-créateur en imprimant sa touche personnelle. Tout est réuni chez nous pour avoir le rêve chez soi. Une belle moquette ou un beau tapis a tout de suite une connotation luxueuse. Il s’agit de confort ; de prendre soin de son habitat intérieur et de l’embellir, ce qui permet d’embellir sa vie. La qualité sera alors présente à tous les niveaux. Ce sont les choix techniques, comme les couleurs et les matériaux, qui seront différents à mesure que le prix de valeur augmente. Il est important pour nous de veiller à cette liberté, en proposant des correspondances pour tous les budgets.

Mon regard a beaucoup évolué. Quand j’avais 20 ans et que je suis rentré dans cette entreprise, je n’aurais jamais imaginé avoir un jour une tapisserie chez moi. J’avais comme tout le monde, une image négative de ce produit. Celle d’un élément décoratif issu d’un temps révolu, avec des verdures et un style très particulier. On a du mal à imaginer des tapisseries comme un support artistique pour des artistes contemporains ! Et pourtant, c’est la signature de la maison Pinton, avec notamment toute la période des grands artistes que mon père et mon grand-père ont fréquentés. Et j’ai toujours eu cette conviction que je devrais développer ce marché porteur, même si ce sont ceux du tapis et de la moquette qui assurent aujourd’hui notre croissance. Les signes sont prometteurs : des tapisseries vendues il y a 10-15 ans, ont pris 5 à 6 fois leur prix de valeur, en fonction de la côte de l’artiste. On est donc vraiment sur le marché de l’art, et en même temps, avec une fourchette plus accessible que les peintures pour les grands peintres. Je nourris plein d’espoir là-dessus et c’est une grande fierté à chaque tombée de métier, de faire connaître un artiste ou pouvoir assurer une de ses œuvres sur ce support si spécifique.

Ce qui est primordial dans notre métier, c’est l’humilité, car nous ne sommes que des artisans. C’est vrai que l’on recherche une qualité irréprochable dans la fabrication de nos produits ; et c’est pour cela que l’on forme en continu nos artisans. Mais on veut juste bien maîtriser notre savoir-faire. Ensuite, notre stratégie est de travailler avec des artistes, et donc d’avoir cette humilité du travail en équipe. Nous sommes éditeur d’artistes et collaborateur avec eux, et ce sont eux qui nous aident à réaliser des œuvres d’art. On n’est donc pas designer, ni créateur, on est juste là pour interpréter des œuvres d’artistes. Notre rôle, c’est de développer ce marché et faire connaître la tapisserie moderne, car on possède cette légitimité-là. Puis d’être acteur et faire tout ce qu’il est possible pour développer, innover et créer cette chaîne humaine autour de ce métier, de son histoire et de savoir-faire qui peut offrir de si belles réalisations. ”

 

Propos recueillis lors d’une interview réalisée à Paris, le 8 décembre 2017

Lien vers le site des Ateliers Pinton

Lire aussi le portrait de Lucas Pinton

A propos de Carine Mouradian

J’ai à cœur de révéler le luxe authentique, à travers le portrait des passionnés que je rencontre. Avec leur créativité sans limites, leurs convictions profondes et un savoir-faire entre tradition et modernité, ils oeuvrent au quotidien pour construire la plus belle et la plus touchante expérience client.

Laisser un commentaire