L’authenticité selon Natacha Pons, dans la magie de la broderie

Natasha Pons

“ Au départ, il y a toujours quelque chose de l’ordre du rêve et même du sentiment. Nos clients ont envie de pénétrer dans le monde feutré des stylistes et designers de mode, à travers notre rencontre et nos échanges. Un côté mondain qui apporte du relief et des couleurs ! Puis il y a leur rêve à eux et c’est le plus important. Créer une pièce unique qui leur ressemble, qui montre comme un miroir une facette de leur personnalité et qui leur permettra de se distinguer des autres. Dans le monde de la broderie, ce n’est pas forcément l’éclat que l’on vient chercher, mais toujours de montrer son unicité et sa différence. « Faîtes juste que l’on ne m’oublie pas, que cela me ressemble ! » Parfois, la personne n’a pas d’idée préconçue, de couleurs particulières ou de matières auxquelles elle serait sensible. Mais on peut tout construire ensemble à partir d’une envie, d’un besoin ou d’un rêve. Si c’est une femme qui est très famille par exemple, comme c’est beaucoup le cas pour notre clientèle des pays du Golfe, elle va pouvoir nous apporter des dessins de ses enfants que l’on va retraduire d’une certaine manière sur ses tenues. Pour nous, c’est vraiment très intéressant car nous rentrons dans le domaine de l’intime, et c’est tellement mieux que de broder quelque chose qui existe sur un cintre ailleurs.

Tout notre travail est fait de manière artisanale et nous utilisons les machines uniquement pour accélérer des tâches qui n’apporteraient aucune valeur ajoutée à l’ouvrage. C’est primordial car le fait de broder à la main apporte une dimension humaine à nos créations. La main n’étant jamais parfaite, tout comme la nature, il y a une certaine profondeur qui est donnée. Il ne s’agit pas là d’un registre d’imperfections, mais d’une appréciation de l’ordre du mouvement. Quand on travaille par exemple le pelage d’un animal en broderie, le pelage n’est jamais parfaitement aligné. Il y aura des taches comme dans la vraie vie et c’est cela qui donne du mouvement aux créations, ce que les machines ne sont pas capables de faire. Nous voulons être les plus authentiques et les plus sincères possibles, comme un miroir qui reflète la réalité. Et nos clients esthètes recherchent cela, et non une étiquette sur un article de luxe qu’on trouvera de nos jours partout ailleurs.

Nos créations sont très tactiles, et il y a toujours ce moment privilégié où la cliente demande à toucher la pièce. Un col à placer sur des pulls avec ses manchettes assorties, des collerettes, des plastrons, des tabliers, des ceintures, des coiffes et des tiares pour les cheveux… A chaque fois, c’est magique car c’est une invitation à un voyage sensoriel et émotionnel, fruit d’une co-création commune. Chaque année, nous présentons une collection Beau Voir qui sert justement de prélude à ces pièces sur-mesure. Alors, chaque création racontera une histoire à part, en traduisant les sensations uniques de chaque client. J’aime cette identification qui s’opère avec l’œuvre. Cela devient un grigri indispensable, et on peut aller jusqu’à créer des bijoux avec des sculptures textiles. On travaille par exemple avec des orfèvres et des joailliers pour broder des métaux et des pierres précieuses. On a aussi lancé une collection spéciale pour une marque de Haute Couture chinoise récemment.

Le vrai luxe c’est cette attention de chaque instant pour obtenir une création vraiment exceptionnelle. Cela advient lorsqu’il y a reprise de tous les codes inhérents au luxe, au sens le plus épuré du terme : les belles matières, le savoir-faire, l’unicité de la création, auxquels on rajoute l’ultra personnalisation. C’est aussi fondamentalement le respect du client à toutes les étapes : de la conception à la fabrication d’une pièce ; en faisant appel à une haute technicité, en se remettant en question à chaque fois d’un point de vue créatif et esthétique et en ne choisissant que des matériaux nobles, respectueux de l’environnement et si possible locaux… Alors, le résultat est vraiment unique et destiné à être le miroir de la personne sensible que l’on a en face de soi. C’est vrai qu’avec les vies que nous menons actuellement, il est difficile d’être authentique tout le temps, mais on peut s’y exercer en se souvenant le plus souvent possible de qui l’on est, et de ce qu’on veut porter comme valeurs. C’est à ce prix-là qu’on deviendra enfin nous-mêmes ! J’ai lu quelque part que la dépression n’est qu’un signal qu’émettrait notre corps quand nous ne sommes plus en phase avec ce que nous sommes vraiment… L’authenticité, c’est donc un objectif que l’on suit en respectant une ligne de conduite que l’on s’est choisie en termes de valeurs. J’essaye d’y parvenir au quotidien et on fera le bilan dans quelques années.

C’est aussi cet aspect-là que j’aime dans mon métier. Ces moments vrais de rencontre où l’on apprend à connaître une personne ou pénétrer dans l’univers d’une marque. Alors, on ressent en nous cette faculté que l’on a de se mettre en empathie avec les autres, tout simplement. ”

Propos recueillis lors d’une interview réalisée à Paris, le 20 novembre 2017

Lien vers les sites de P&L Studio et Beau Voir

Lire aussi le portrait de Natacha Pons

A propos de Carine Mouradian

J’ai à cœur de révéler le luxe authentique, à travers le portrait des passionnés que je rencontre. Avec leur créativité sans limites, leurs convictions profondes et un savoir-faire entre tradition et modernité, ils oeuvrent au quotidien pour construire la plus belle et la plus touchante expérience client.

Laisser un commentaire