Véronique Sanders, la First Lady du vignoble de Haut-Bailly

Véronique Sanders

Elle a la grâce d’une Première Dame, et une authenticité rayonnante. Présidente de cœur, Directrice de l’équilibre et Femme de constance, dans le beau domaine bordelais où chaque année, avec ses équipes, elle crée des vins d’exception. Ici, sur la propriété d’un milliardaire américain, Véronique Sanders fait naître l’excellence : dans le travail et la production des vins bien sûr, dans l’accueil des hôtes également, avec cette même attention de chaque instant, comme celle portée aux 300 000 pieds de vigne. La rencontre fut désirée et vécue comme un pur moment de dégustation. Un échange soyeux, intemporel comme tous les millésimes du domaine, pour découvrir ce précieux patrimoine qu’elle fait grandir dans l’aujourd’hui du monde. Au final, un sentiment de justesse qui laisse entrevoir une si belle harmonie : un grand vin car une grande dame, et une femme d’une pure élégance qui se nourrit des rencontres et de la noblesse de ses grands vins.

Son rêve exaucé

 Véronique Sanders démarre une carrière prometteuse dans la communication. Et tout bascule avec la vente du Château Haut-Bailly. “Je finissais ma formation à la faculté d’œnologie. On avait trois propriétés familiales, une dans le Sud des Graves qui faisait du vin blanc sec, une à Barsac qui faisait un vin liquoreux et puis celle de Haut-Bailly, que mon arrière-grand-père Daniel Sanders avait rachetée en 1955…” Le nouveau propriétaire s’appelle Robert Wilmers, un américain de Harvard, banquier humaniste de New-York.  “Je lui ai dit que j’avais un rêve, celui de gérer la propriété. Il m’a répondu : pourquoi pas !” Et c’est ainsi que la jeune héritière prend la tête du domaine. A cette époque, il n’y avait pratiquement pas de femme dans le métier. Elle apprendra pendant deux ans aux côtés de son grand-père, Jean Sanders, qui prendra sa retraite en l’an 2000. “Ce fut d’abord un choix de cœur car j’ai toujours aimé la ville et la région de Bordeaux ; ses lumières, ses odeurs, ses paysages…” Il y a aussi une partie de ses racines familiales, puisqu’elle a grandi “dans les bottes de son grand-père”, émerveillée par son travail si riche et varié. “On ne fait jamais la même chose deux jours de suite, et je trouve fascinant d’être à la fois dans les vignes, dans les chais, ou en déplacement partout dans le monde et de rencontrer souvent des gens extraordinaires.” 

Domaine de Haut-Bailly

Le Château Haut-Bailly a d’ailleurs cette particularité de recevoir du monde, et la nouvelle Directrice s’attachera à développer cet esprit d’accueil qui fait la signature des lieux. “On y fait découvrir le travail de la vigne et celui qui s’opère dans le calme et la fraîcheur des chais”.  En tant que femme, elle cherchera aussi à s’imposer par ses compétences dans un métier encore très masculin. “Cela n’était pas facile d’être une femme au démarrage, mais je l’ai toujours pris comme un atout. Et je l’ai vécu comme un joli challenge.” Pour cette femme d’action, le respect vient d’ailleurs par les réalisations et gagner cette confiance se fait “par le travail et la compétence.”

Un patrimoine à préserver

Au cœur des Graves, le vignoble Haut-Bailly bénéficie d’un terroir exceptionnel de 30 hectares. Au-delà de la topographie en pente naturelle, le climat océanique qui est idéal pour la vigne, la terre est un sol de sables mêlés à des graves provenant de l’ère tertiaire, “terrain de prédilection des différents cépages”. Le sous-sol, quant à lui, est composé de faluns et pierres fossiles qui se sont structurés en une véritable mosaïque de micro-terroirs, parfaitement drainés. Devant le Château, “de très vieilles vignes qui ont 120 ans font le cœur et l’identité du grand vin” où se mêlent 6 cépages différents : Cabernet sauvignon, Merlot, Cabernet franc, Petit verdot, Malbec et Carménère. Déjà primé “cru exceptionnel au début du siècle, Véronique Sanders s’attachera à perpétuer cette excellence et hisser le château Haut-Bailly à la première place, “l’essentiel étant de révéler, millésime après millésime, l’identité de ce terroir et d’y rester fidèle”.

Les vins de Haut-Bailly

Dans cet objectif, le nouveau propriétaire va investir en privilégiant le long terme et non l’immédiateté et le spectaculaire. Une somme de petits détails pour gagner en précision, rénover et pérenniser le patrimoine, et qui permettra aux vins d’arriver à leur niveau actuel. “Reprendre le mode de taille, moderniser les chais, acheter des barriques pour faire plus d’élevage, faire une étude de sol pour bien vérifier l’adéquation entre les cépages et le terroir…” La Directrice reconnaît les fruits de ces investissements et toute la fierté de son grand-père. “Il y avait une merveilleuse complémentarité entre nous” et ce souci de l’innovation a toujours été un moteur de progrès chez les Sanders. “Le soin, le détail et la précision avec laquelle nous travaillons aujourd’hui est unique, et mon grand-père, qui a toujours été avant-gardiste, savait le reconnaître…” Robert Wilmers s’est inscrit dans cette lignée et va encore plus loin.

Créatrice d’un produit de luxe

Au cours des 30 dernières années, le métier du vin a évolué d’une manière considérable et les progrès techniques permettent aujourd’hui une précision inégalée jusqu’alors. “En tant que grand cru classé, nous avons le potentiel et les moyens pour faire de chaque flacon un produit d’exception.”

vigne de château Haut-Bailly

Aussi, le sur-mesure est de mise à tous les niveaux du processus de fabrication, et jusqu’à la vigne elle-même. “Vous avez 10 000 pieds par hectares et 30 hectares, donc 300 000 arbres dont vous vous occupez individuellement.” Cela démarre à la taille l’hiver, “car la manière dont on taille est le geste fondateur de la vigne”. Il n’y a pas une taille qui soit standard dans la propriété et chaque pied de vigne va être l’objet d’une taille adaptée. Ensuite, il y a le tri du raisin. “On va ramasser à la main le fruit de chaque parcelle au moment idéal et on va vinifier chaque lot séparément. On n’est plus à l’échelle ni d’un vignoble, ni d’une parcelle. “Aujourd’hui, on travaille à l’échelle d’un pied de vigne”. Véronique Sanders “jardine” toute l’année avec ses équipes, et dès le lendemain des vendanges, “car la vigne est comme une liane et c’est le seul végétal qui nécessite autant de soins”. Le secret réside alors dans la maturité des grains et l’expression du terroir, et c’est la quête de cet équilibre qui régit toute la conduite du vignoble.

Donner du bonheur

A Haut-Bailly, la Présidente est aussi une hôtesse qui se plaît dans l’accueil et l’hospitalité. Le Domaine offre des séjours en pleine quiétude au Château Le Pape, des séminaires organisés toute l’année dans les espaces privatisés et des déjeuners à la table privée du Chef avec “des astronautes, des écrivains, des ministres, des ambassadeurs ou tout simplement des vignerons. Véronique Sanders nous dévoile le secret de ces belles rencontres : “Lorsque vous réunissez les mêmes gens pour une soirée autour de grands vins, vous n’aurez pas les mêmes conversations qu’avec un verre de bière. C’est magique et c’est ce qui fait la beauté de notre métier !”

Domaine Château Le Pape

Pour créer cette alchimie, la dimension temporelle est omniprésente car les grands vins s’inscrivent dans une histoire. “Et en même temps, ils sont faits aujourd’hui pour être consommés demain”. Il faut donc s’inscrire dans la durée et être en cohérence avec ses valeurs pour devenir une référence.

Le rêve le plus fou de Véronique Sanders est alors de continuer à recevoir des gens de tous horizons et à concevoir le vin de demain, “celui qu’on n’a pas encore fait mais qu’on va imaginer.” C’est ce désir de partage et de précision qui permettra d’aller chercher encore plus loin et continuer de penser l’avenir, “pour laisser un bel outil et une magnifique propriété aux suivants

Château Le Pape

Ici, sur les terres de Léognan, aucun compromis n’est permis quand il s’agit de maintenir l’âme intemporelle et la constance d’un grand vin. Forte de ses compétences et son expérience du domaine familial, Véronique Sanders est avant tout une femme d’action, à l’écoute des besoins de son temps et garante d’un savoir-faire ancestral qu’elle perpétue dans les projets novateurs pour son Entreprise du Patrimoine Vivant. Son autorité naturelle et son charme d’une pure élégance font croître les vignes et pousser plus loin la qualité de ses vins, avec le désir inlassable d’offrir à chacun cette expérience du bonheur.

Propos recueillis lors d’une interview réalisée au Château Haut-Bailly (Bordeaux) le 6 juillet 2017

Lien vers le site du Château Haut-Bailly

Lire aussi la vision de l'authenticité selon Véronique Sanders

A propos de Carine Mouradian

J’ai à cœur de révéler le luxe authentique, à travers le portrait des passionnés que je rencontre. Avec leur créativité sans limites, leurs convictions profondes et un savoir-faire entre tradition et modernité, ils oeuvrent au quotidien pour construire la plus belle et la plus touchante expérience client.

Laisser un commentaire